Une autre empreinte – prix photo Dahinden 2022 : Xavier Dumoulin remporte le prix du public

Une autre empreinte – prix photo Dahinden 2022 : Xavier Dumoulin remporte le prix du public

Xavier Dumoulin fait partie des 3 lauréats de la deuxième édition d’Une autre empreinte – prix photo Dahinden, aux côtés de Sandrine Elberg et de Julien Coquentin. Suite à un appel au vote, sa série « Incandescences » est celle qui a remporté la majorité de vos suffrages : Xavier devient donc le grand gagnant de cette édition 2022 ! 

Suite aux résultats du vote, nous avons posé quelques questions à Xavier Dumoulin :

 

Félicitations Xavier, vous avez remporté l’adhésion du public qui vous a désigné comme le grand gagnant de l’édition 2022 d’Une autre empreinte – prix photo Dahinden, avec votre série « Incandescences ». Vos œuvres seront exposées du 10 au 13 novembre à Paris Photo. Quel est votre sentiment suite à cette annonce ?

Je suis très ému par cette annonce. Etre choisie par le public est la plus belle des récompenses pour cette série qui a été faite pour lui ! J’ai toujours souhaité que ces photos soient le plus visibles possible, sortent des salles d’arts, soient utilisées, illustrent, participent au changement politique et à la prise de conscience de l’urgence écologique. Je pense que l’immédiateté visuelle du symbole qu’elles évoquent peut parler au plus grand nombre et je suis ravi de ce coup de projecteur sur le fruit de mon engagement. C’est allé très vite et très fort. Ce concours remporté avec Julien et Sandrine, l’exposition à l’Académie du Climat et un mois après un solo show pendant Paris Photo. J’arrive sur une autre planète après avoir été jeté par surprise dans une fusée appelée Dahinden ! Un rêve qui se réalise, la reconnaissance de mon travail, la fierté d’exposer parmi tous ces montres sacrés de la photographie… Les sentiments sont nombreux et parfois contradictoires mais cette exposition semble bien être réelle et j’ai l’intention d’en savourer chaque instant !

©Xavier Dumoulin – série Incandescences – Courtesy Ségolène Brossette Galerie

 

La série « Incandescences » semble particulièrement pertinente face à l’actualité de ces derniers mois. Quand l’avez-vous réalisée ? Quel était votre état d’esprit au moment des prises de vue ?

C’est une série que j’ai commencé il y a une dizaine d’année. Les problématiques environnementales n’occupaient pas encore le devant de la scène mais les signes de l’urgence étaient bien présents depuis déjà longtemps. En tant qu’accompagnateur en montagne, je les voyais au quotidien, que ce soit dans les Pyrénées ou au Cap Vert : le manque d’eau, la désertification, la fonte des glaciers qui faisaient écho à notre système du tout argent. Une opposition et un lien de cause à effet qui n’est pas supportable quand on en prend pleinement conscience. Alors à défaut de faire la révolution, j’avais besoin de l’exprimer au travers de cette série. L’humanité en est là aujourd’hui grâce et à cause du feu qui maintenant nous étouffe et nous consume. C’est vrai qu’en dix ans, l’incandescence symbolique de la dichotomie entre l’Homme et la nature est devenue incendie et méga feux bien réels ! La photo de la dune du Pilat est troublante en ce sens…

©Xavier Dumoulin – série Incandescences – Courtesy Ségolène Brossette Galerie

 

Pouvez-vous nous parler de vos autres expositions qui ont lieu actuellement ?

J’expose en ce moment ma dernière série « Tropique des Pyrénées » au Bel Ordinaire qui est la salle d’art contemporain de l’agglomération de Pau et à l’extérieur, dans la ville, pour le festival des transitions. Une double exposition avec des photos différentes pour tous les publics, amateurs d’art et simple passants.
Suite d’ « Incandescences » et de « Limites », « Tropique des Pyrénées » traite des causes et des conséquence du réchauffement climatique dans un même travail. J’ai voulu faire passer la ville de Pau pour une ville tropicale américaine. Un décor hollywoodien nocturne que nous ne pouvons plus nous permettre avec ses lumières, ses publicités, ses champs de béton… Les causes éclairent ici les conséquences. La végétation tropicale occupe le paysage, la Floride vient s’inviter au pied des Pyrénées. J’invite le spectateur à devenir acteur, à Voir pour prendre conscience pleinement du monde dans lequel on vit, à quel point il est en mutation. Voir d’autres scènes que j’aurais pu photographier, changer de point de vue et devenir sensible à cette multiplicité d’indices. Voir enfin au-delà des apparences pour comprendre les implications sur nos vies et celles de nos enfants.

©Xavier Dumoulin – série Incandescences – Courtesy Ségolène Brossette Galerie