FOTOFEVER PRIZE WITH DAHINDEN : INTERVIEW D’ALAIN POLO NZUZI

FOTOFEVER PRIZE WITH DAHINDEN : INTERVIEW D’ALAIN POLO NZUZI

Les trois lauréats du fotofever prize with Dahinden 2019, Rose Lecat, Julia Amarger et Alain Polo Nzuzi se dévoilent en interview. Rendez-vous nombreux sur le site de fotofever pour voter afin de les départager. Le prix du public sera attribué à l’artiste ayant remporté le plus de voix.

Alain Polo Nzuzi est un artiste plasticien d’origine congolaise, qui vit et travaille à Paris. Avec sa série « Sur les traces modernes d’Apollon, d’Héraclès et d’Hermès », il transforme des photographies de corps masculins en objets de consommation.

 

Entretien avec Alain Polo Nzuzi

 

  • Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis un artiste originaire du Congo, arrivé en France il y a 8 ans, par l’intermédiaire d’une bourse d’études dans une école d’art. Je suis un artiste visuel, protéiforme : photographie, dessin, peinture, installation et performance.

Je suis une personne très positive qui aime la vie, tout simplement.

 

"Sur les traces modernes d'Apollon, d'Héraclès et d'Hermès", série de photo d'Alain Polo Nzuzi, lauréat du fotofever prize with Dahinden

©Alain Polo Nzuzi

 

  • Comment s’est développée votre passion pour la photographie ? Êtes-vous autodidacte ou avez-vous suivi une formation ?

Je suis un autodidacte qui a toujours emmagasiné des images de magazines, de clips, de vidéos mais aussi des images de mon quartier, de ma ville, de toutes les personnes croisées, des objets…et ce depuis que j’étais enfant. J’étais une sorte « d’ogre » qui dévorait toutes ces images. 

Je n’ai pas appris à photographier, mais j’ai utilisé ce que j’avais appris lors de mes études aux beaux-arts de Kinshasa, notamment la peinture par l’approche de la composition, pour fabriquer mes propres images photographiques.

En effet, à un moment crucial de ma vie j’ai eu besoin de me servir d’un medium et la photographie a été ce support. Pourquoi ? L’utilisation de la touche photo d’un appareil téléphonique, m’a aidé à mettre des mots sous la forme d’images. 

J’ai pu enfin exprimer mes sentiments, mes non-dits. Pour ce faire, à partir d’un téléphone portable j’ai commencé à me mettre en scène, à me maquiller, à me déguiser, pour me trouver ou retrouver qui je suis. J’ai commencé à m’exprimer au travers d’un appareil téléphonique, puis on m’a prêté un appareil photographique (en 2011) afin de continuer ce travail créatif sur le corps. Ce fut le début de mon travail photographique. 

 

"Sur les traces modernes d'Apollon, d'Héraclès et d'Hermès", série de photo d'Alain Polo Nzuzi, lauréat du fotofever prize with Dahinden

©Alain Polo Nzuzi

 

  • Comment avez-vous entendu parler de la deuxième édition du fotofever prize with dahinden ? 

J’ai entendu parler de la deuxième édition du fotofever prize with dahinden grâce à des amis qui m’ont adressé des mails afin que je participe. Je connaissais fotofever de réputation, mais je reconnais que je n’étais pas au courant du prix jeunes talents. 

 

  • Quelles sont vos principales sources d’inspiration ?   

Mes principales sources d’inspirations sont le corps et la mode.

 

"Sur les traces modernes d'Apollon, d'Héraclès et d'Hermès", série de photo d'Alain Polo Nzuzi, lauréat du fotofever prize with Dahinden

©Alain Polo Nzuzi

 

  • Pourquoi avoir choisi cette série en particulier ? Est-elle représentative de votre approche de la photographie ? Quelles sont les émotions, le message que vous aimeriez faire passer à travers ces images ?  

Cette série présente ce que j’exprime en général au travers du corps masculin. Pour ce faire, j’interroge mon corps, le corps des autres, afin de répondre aux interrogations sur ce qu’est la masculinité ? J’interroge ce corps objet de convoitise, viril, fort, invulnérable. 

Mon regard consiste à apporter de la douceur, de la sensualité, de la légèreté à ces corps.

 

Alain Polo Nzuzi en visite chez Dahinden

Alain Polo Nzuzi dans les locaux de Dahinden, en pleine préparation pour fotofever

 

Rendez-vous sur le site de fotofever pour voter pour le lauréat de votre choix, et lui permettre de remporter le vote du public.
Clôture du vote le 15 octobre 2019 à minuit.

Tags: